ONU-D et ONU-ND… 25/12/ 2017

Ainsi, ce n’est pas pour expulser de son sein un pays qui déclare vouloir rayer de la carte Israel, je veux parler de l’Iran, que vient de se prononcer a une très forte majorité l’ONU, mais pour s’opposer à la décision souveraine des USA de reconnaitre Jérusalem comme la capitale d’Israël. Mais fallait-il s’attendre à autre chose de la part d’une organisation où dominent des pays non-démocratiques et totalitaires ? L’OCI (Organisation de la Coopération islamique) à elle seule pèse déjà 57 pays ! Ainsi, des pays qui sont des zones de non-droit, sans liberté d’expression, où les journalistes n’ont d’autre choix que de marcher au pas ou d’aller en prison (n’est-ce pas Erdogan et tes autres copains du club ?) ont le toupet de se poser en défenseurs du droit international !!! Dictateur chez soi, grand démocrate donneur de leçons à Manhattan !!! UBU, au secours !

Si le monde démocratique ne veut pas se laisser submerger par les dictatures, n’est-il pas urgentissime d’imaginer une nouvelle structure de concertation internationale à laquelle ne pourraient adhérer que les pays vraiment démocratiques ?

Dans ‘’La révolution démocratique dans le monde arabe ? Ah si c’était vrai’’[1], écrit au moment du soi-disant Printemps arabe, j’avais fait une proposition, et j’ajouterai, malgré le ton, sérieuse.

Extraits

….. 192 pays, dont 57, vous vous en souvenez, sont aussi représentés par l’Organisation de la Coopération Islamique. La grande majorité de ces presque deux cent pays sont non-démocratiques, ou ‘’autoritaires’’, beaux euphémismes pour ne pas dire totalitaires et despotiques. On pourrait se dire sans l’ombre d’une inquiétude, qu’après les indépendances, ces pays ont encore un long chemin à faire. Oui, bien sûr, si le chemin allait ‘’inexorablement’’, chaque année un peu plus, vers plus de démocratie et de liberté. Le problème, c’est que la plaque du sens obligatoire a été inversée. Surtout d’ailleurs depuis que l’OCI est apparue. Comme par hasard…

Et de la même manière qu’en Occident ce n’est pas, comme on le pensait, la modernité qui fait évoluer l’islam, mais l’islam qui fait involuer la modernité, que voyons-nous, sinon que le bâtiment de l’ONU, placé au cœur de Manhattan, à quelques 500 mètres, à vol d’oiseau, de l’île de Liberty Island, l’Île de la Liberté, à New York, et de sa fameuse Statue de la Liberté, n’est plus tout à fait le même…

1990, c’est l’année où l’OCI adopte sa propre ‘’Déclaration des droits de l’homme en Islam’’, en totale contradiction avec celle de 1948, fondatrice de l’ONU, puisque là où cette dernière ouvrait des fenêtres, celle de l’OCI y met non pas des moucharabiehs comme à l’époque romantique d’Haroun Rachid et des Mille et une nuits, mais carrément le niquab de la charia ! C’est quand même hallucinant. Dans tous les partis, quand tu adhères, on te fait lire les statuts avant. Et si t’es ok, on te donne ta carte de membre adhérent. Là, à l’ONU, même pas la peine. Non content d’y entrer comme dans un moulin, avec la carte d’un autre parti, tu peux même te permettre de la jeter avec mépris du haut de la tribune cette fieffée Déclaration des Droits de l’Homme de l’ONU, comme l’a fait Kadhafi, sans que pas un seul diplomate de l’Occident démocratique ne quitte la salle, et quand l’assistance toute époustouflée retient encore son souffle, tu lui balances à la gueule ta charia. Et elle n’bronche toujours pas, l’ONU. En termes politiques, quand on change brutalement de constitution, on appelle ça un coup d’Etat, non ? Il est vrai, qu’on n’a pas encore inventé de mot, quand le changement se produit, sans le moindre char, ni képi. Juste par les urnes, et à la majorité, à moins que ce soit cela ‘’la Révolution de jasmin’’ ? C’est-à-dire, ‘’démocratiquement’’, selon la Nov’ Encyclopédia Universalis. Grace aux nouveaux ‘’flux migratoires’’ la composition de l’ONU, a été démocratiquement modifiée. Sa Déclaration fondatrice de 1948 est toujours là, la preuve c’est qu’on la distribue encore aux nouveaux arrivants. Le dernier en date, par anticipation, Mahmoud Abbas a pu ainsi lire, un peu narquois, connaissant bien les us et coutumes de nos localités : «Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction, seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites. »L’article 18 est toujours là, certes. Mais désormais, la Déclaration de 48 n’est plus là que pour la forme. Et si elle a encore une fonction pratique, c’est qu’à l’Assemblée elle sert de papier-cul, en cas de pénurie, enfin pas les Musulmans car vous savez, eux, ils n’utilisent que l’eau, c’est culturel, et j’ai toujours pensé à cause de ça seulement qu’à l’origine c’était quand même une grande civilisation. Mais les Chrétiens, eux n’ont pas d’problème avec le papier, et ils peuvent donc la relire comme ça de temps en temps, juste pour la garder un peu en mémoire. Et personne n’y voit le moindre ‘’blasphème’’. Donc pas de condamnation. Et pas d’onuphobie. On est même très onuphile à l’ONU. A tel point que certains pensent déjà, par respect de toutes les sensibilités religieuses, qu’il faudrait lui changer son nom. L’Ô-nue, surtout depuis ‘’Histoires d’Ô’’, c’est quand même problématique. C’est pas une putain que nous sachions, l’ONU ! Eu égard à notre Envoyé, serait même préférable de la voiler. Qu’est-ce que vous attendez, allez vite me chercher Vladimiroff Javacheff, j’espère qu’il n’est pas mort, Christo.  Et du coup, Woody Allen ne croira pas avoir si bien dit. « La dernière fois que j’ai pénétré une femme, c’était la statue de la Liberté. ». La dernière et l’ultime. D’ailleurs à son âge… C’est quand même pas Abraham, Youdi, pardon Woody….

Ne sourions pas, la situation est gravissime. Comment peut-on imaginer faire progresser la cause de la démocratie, notamment là où elle est la plus en retard, dans le monde arabe et musulman, ce qui devrait être l’objet principal de cette Organisation mondiale depuis la fin des colonisations, si non contente d’être majoritaire, la coalition totalitaire peut se doter tranquillement, sans réprobation aucune, d’une Déclaration qui en en tous points lui est opposée ? Car désormais ne nous trouvons-nous pas dans cette situation quasi ubuesque où dans cette guerre mondiale entre la démocratie et l’islamisme, l’ONU a changé de camp, en catimini ? Ne serait-il pas temps d’éclaircir les choses, et de demander à tous les membres de l’ONU de se mettre en conformité avec la Déclaration de 1948 ? Et si c’est impossible, à cause de la majorité, mais aussi, pourquoi pas ma foi, parce que c’est mieux d’avoir une vraie image du monde, bien transparente, que pas d’image du tout, alors qu’attend l’Occident pour créer à toute vitesse, une nouvelle ONU, elle vraiment démocratique, l’ONU-D ?  Et pour les malveillants qui l’auraient oublié, l’Occident est pour moi ce lieu où l’on peut dire tout ce que l’on pense sans craindre pour sa vie, et celle de ses proches. Cette organisation évidemment perdra toute sa pertinence et disparaitra le jour où toute la planète deviendra démocratique. 3 siècles minimum. Toujours mon côté optimiste.

L’ONU-D, ça serait pas mal en effet, qui serait érigée juste en face de l’autre, l’ONU-ND (l’Organisation des Nations-Unies Non-Démocratiques), comme Berlin-Ouest face à Berlin-Est, mais sans mur entre les deux. D’abord ça rétablirait le symbole des Tours Jumelles détruites par des hommes qui eux aussi croyaient dur comme glaive en la charia, des vrais fans de la ‘’Déclaration des droits de l’homme en Islam’’, voulant juste en accélérer un peu l’application universelle. Ensuite, comme les architectes s’évertueraient à la rendre encore plus transparente que l’originale, y aurait du coup une saine émulation. Et si les débats étaient retransmis en direct dans le monde entier, les peuples pourraient vite s’instruire, même en faisant l’école buissonnière, surtout je dirais… Ça leur donnerait des tas d’idées, et ils veilleraient à bien choisir la qualité de leur jasmin avant de se lancer dans un ’’printemps démocratique’’, et surtout à ce qu’on ne leur refile pas à la place le bon vieil opium, afin que le printemps Tahrir (Libération) ne vire pas hiver Goulag en cours de route.

Trêve de rêveries. On en est loin, de l’ONU-D. Et l’ONU risque fort de demeurer encore longtemps unique. Aux démocrates de tous les pays du monde d’imaginer d’autres formes de solidarité et de collaboration. Le temps presse. Les islamistes ont déjà et depuis 14 siècles, leur Internationale. Ca y fait quelque chose l’ancienneté. Ne méprisons pas l’adversaire. Ni sa pugnacité. Après avoir essayé sans relâche à l’ONU depuis 1999, de faire adopter une résolution sur la ‘’diffamation des religions’’ qui vise ni plus ni moins qu’à étendre la charia du monde musulman au monde non-musulman, le ‘’blasphème’’ notion empruntée à la charia, étant ainsi traduite dans le droit positif international,en ‘’diffamation’’, n’y est-il pas arrivé le 25 mars 2010, au niveau du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, toujours à la fameuse majorité ‘’démocratique’’ ? Faut-il préciser que la résolution a été présentée au nom de l’Organisation de la Conférence islamique, et tenez-vous bien, par le Pakistan ! Ce Pakistan, où actuellement comme vous le savez, croupit au fond d’une prison, Asia Bibi, une chrétienne condamnée à mort pour avoir bu un verre d’eau dans un puits musulman ! …

Il faut donc vite qu’ils la constituent leur Internationale à eux, les démocrates. Oui, qu’ils la forment et l’assument. Les islamistes l’ont déjà leur Machin, avec drapeau et Déclaration, nous aussi on aurait ainsi les nôtres. Etendard contre bannière. Idée contre Idée. Et s’il le fallait, glaive contre glaive, au moins pour empêcher le leur de charcuter l’humanité….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *