JEAN PELEGRI alias Yahia el Hadj

2001
00:57:02

Né dans la ferme de son père, un gros viticulteur de la Mitidja, Jean Pélégri quitte l’Algérie en pleine guerre, en 1956, et devient écrivain à Paris, publié par Gallimard, où il n’écrira que sur l’Algérie. L’exode de sa communauté en 1962 le déchire, mais il s’obstine à témoigner de l’histoire souterraine des connivences intercommunautaires…

Tourné et sorti en 2001.

La guerre d’Algérie et le départ pour toujours de sa communauté en 1962 ont déchiré l’écrivain pied-noir publié par Gallimard (notamment ‘’Les Oliviers de la Justice’’ et ‘’Le Maboul’’).
Mais face aux divisions, aux inégalités et aux haines, lui, le fils de ‘’colon’’ (en fait d’un agriculteur moyen, non-musulman) s’obstine à témoigner de l’histoire souterraine des connivences intercommunautaires dénuées de toutes formes de racisme…
Entre son pays natal qu’il lui fallut quitter en 1956 pour devenir écrivain, et Paris, sa ville d’adoption, où il n’écrit que sur l’Algérie, prend corps la genèse d’un écrivain né dans une ferme de la Mitidja qui s’appelait Haouch “El Kateb” (Ferme de “l’Écrivain”) qui se considère en exil….

Jean Pelegri alias Yahia El Hadj

In talking us about his novels, the author Jean Pelegri leads us through a biographical universe, along memory’s random paths of association and digression. We go back to the 19th century, to a time when his ancestors arrived in Algeria, and then proceed to the lifestory of his father. He then reaches the story of his own life, the life of a man torn apart by the war in Algeria.

Fiche technique et artistique

57’. Couleur. Béta numérique.
Produit par Jakaranda. TV locales. Avec le soutien du CNC.
Scénario, Réalisation et Commentaires : Jean-Pierre Lledo
Image : Abdou Benarous ; Son : Rouslan Benyahia ; Montage : Michèle Le Guernevel ;
Musique : Peter Kowald, Tarik Chaouach.
Photographe : Nathalie Jacquault.
Producteur délégué : Joel-Ange Kiefer. Producteur exécutif : Philippe Djivas.

Galerie