Algérie, histoires à ne pas dire

2007
02:36:06

Et si la guerre dite en Algérie de ‘’libération’’ avait été aussi une guerre d’épuration ?
N’a-t-elle pas commencé par les massacres de non-musulmans le 20 Aout 1955 à Philippeville et sa région, et fini par celui d’Oran, le 5 Juillet 1962, le jour même de l’indépendance ?
Des Algériens d’origine musulmane, reviennent sur cette époque pour évoquer ces deux épisodes, mais aussi le terrorisme du FLN à Alger et l’assassinat, en 1961, du musicien juif de Constantine, Raymond Leyris, ultime signal pour le départ de toute la communauté juive d’Algérie.
Tourné en 2005-2006.
Censuré en 2007 par les autorités algériennes.
Distribué en France en 2008.

Juillet 1962… Après une guerre de plus de 7 ans, des atrocités sans nom et des centaines de milliers de morts, l’Algérie, colonie française durant 132 ans, devient pour la première fois de son histoire, un pays  indépendant.

1962, c’est aussi l’exode… Les  arrière-petits enfants d’ immigrés arrivés 1 siècle plus tôt… Français… Espagnols… Italiens… Maltais…  Grecs… Mais aussi les arrière-petits-enfants de Juifs  indigènes ou venus d’Espagne au 15ème siècle… Tous quittent leur pays, précipitamment … 1 million de personnes…  Un des plus grands déplacements de population, dans l’histoire de l’Humanité…

La cohabitation avec les Musulmans y avait-elle été impossible ? Cette triste fin n’avait-elle été … que l’effet d’une panique ? Des violences extrêmes de fin de guerre ?  Ou la conséquence logique…  d’ une certaine Histoire ?

Dans ces dernières années de la cohabitation, Aziz, Katiba, et Kheireddine ont accepté de m’embarquer… (après l’interdiction du film en Algérie, H.B, le personnage de Constantine a demandé à être retiré de l’image).

Voici, leur histoire… Histoire oubliée… Histoire cachée … des années de guerre,  de 1955 à 1962…

Ariz Mouats, ingénieur agronome, témoigne des massacres du 20 Aout 1955 dans région de Philippeville dans l’est algérien, commis par le FLN contre les habitants non musulmans, puis en guise de répression contre les habitants musulmans par l’armée francaise ; Katiba justifie le terrorisme urbain du FLN contre les civils non-musulmans dont elle fut témoin en tant qu’enfant, bien que dans la rue les jeunes la traitent de ‘’Française’’ à cause de sa tenue vestimentaire ‘’non-islamique’’ ; H.B, un responsable d’institution culturelle, en quête de la mémoire du musicien juif Raymond Leyris assassiné en 1961 par le FLN (lequel s’abstient toujours de le revendiquer), et Kheïreddine Lardjam, jeune metteur en scène, en train de répéter ‘’Les Justes’’ de Camus au théâtre d’Oran, qui accepte d’aller enquêter dans le quartier de la Marine, ‘’La Calère’’ pour savoir si la population musulmane a participé au massacre des non-musulmans le jour même de l’indépendance le 5 Juillet 1962 (au moins un millier de morts, juifs, chrétiens et aussi musulmans considérés comme des traîtres).

Fiche artistique et technique

Quatre personnages Algériens d’origine musulmane en quête d’une vérité sur leur propre vie, reviennent sur les dernières années de la guerre, de 1955 à 1962, qui sont aussi les dernières de la colonisation française. Entre haines et fraternités, ces quatre personnages nous font voyager dans une mémoire occultée, celle des rapports avec leurs voisins juifs et chrétiens… Et nous font comprendre que la guerre dite en Algérie ‘’de libération’’ a aussi été une guerre d’épuration qui a réussi puisqu’un million de non-musulmans durent brutalement quitter leur pays en 1962.

Le film est interdit en Algérie depuis Juin 2007 et l’un des personnages demande à ne plus y figurer.

2h40. 35 mm. Couleur. 1/85. Sous-titres en français, anglais et hébreu.

Coproduit par Naouel Films (Algérie), ENTV (Algérie), Mille et Une Prod (France).

Soutenu en France : Fond Sud et Ile de France. Et en Algérie : par la Télévision nationale. En Espagne par les Prix gagnés au Festival de San Sebastien Cine en Movimiento.

Sortie salles en France et en Suisse en 2008.

Festivals : en 2007, Toronto. Amiens. En 2008 : Fribourg. Montréal. Tribeca–New York. Tétouan. Beyrouth. Tarifa. Jérusalem. Cambridge. Vancouver. Frankfurt. Stockholm…

Scénario & Réalisation & Commentaires : Jean-Pierre LLEDO.

Image : Othmane ABBANE ; Son : Mohamed Redha BELAZOUGUI ; Montage : Kahena ATTIA ; Chants : Hayet AYAD; Musique : Raymond LEYRIS ; Montage Son : Bruno REILAND ; Mixage : Fabrice CONESA ALCOLEA. Etalonnage : Laurent SOUCHAUD et Dominique FOUGUERA ; Machinerie : Azzeddine DRIDI; Eclairage : Moussa DEROUICHE;

Premier assistant-réalisateur : Bahia BENCHEIKH EL FEGOUN. Directeur de Production : Serge LLEDO; Régie : Fethi BENBRAHIM, Abdallah BENZOUAK ; Mostefa MEDJADI ; Ali LAÏB ; Fatma BOUFFENIK ;

Produit par Edouard MAURIAT, Anne Cécile Berthomeau, Jean-Pierre LLEDO et Rachida MEKKI.

Ont participé à ce film :

Principaux : Aziz MOUATS, Katiba HOCINE, Kheireddine LARDJAM. Le Personnage constantinois a demandé à être retiré de l’image.

Avec la participation notamment de : Mohamed Nafaa, Ahcen Louahem, Lyazid Laaroum, Louiza Ighilariz, Kaddour Darsouni, Hassen Bentahla, Hamidou Bencharif ; Abdelkrim Benkartoussa ; Mouloud Bahloul ; Mohamed Taïr dit ‘’Hamani’’, Fatima et Brahim Méliani, El Houari Naïri, Abdelkader Zaaf, Mimouna Yagoub, Melouka Wadi, Abderrahmane Brahim dit ‘’Tchi Tchi’’.

 

Dossier de presse

Livre

Algérie, histoires à ne pas dire...


2011
Edition Atlantis
20,00
Le film choc interdit en Algérie. Scénario – réactions – polémiques Préface de Boualem Sansal En 1962, l’Algérie devient indépendante. Quasiment tous les non-Musulmans quittent l’Algérie : l’un des plus importants déplacements de population dans l’histoire de l’Humanité. Pourquoi l’Algérie n’a-t-elle pas réussi à être aussi fraternelle ? La cohabitation avec les Musulmans y avait-elle […]
Détails

Grand-Père a tué deux "colons"


2011
Edition Atlantis
29,00
8 mai 1945 en Algérie: l’insurrection commence avec le massacre des innocents. Avec une analyse de « Hors-la-loi » de Rachid Bouchareb Le livre-DVD Grand-Père a tué deux « colons » révèle de nouvelles « histoires à ne pas dire » qui se situent pendant l’insurrection manquée du 8 mai 1945 dans la région de Chevreul (Béni-Aziz). Ahmed Zir, le protagoniste […]
Détails

Lecture complémentaire