JLeyris remercie El Watan 17-10-05

Très cher Monsieur Z.Merzouk

Je m’appelle Jacob Leyris. Je suis Docteur en Médecine. Mon Père est Cheikh Raymond LEYRIS (El Lah Iarahmou)

Merci pour votre article, car enfin depuis 44 ans, vous êtes le premier à avoir écrit un article sans haine, mesuré et donnant la dimension du génie de ce Musicien, Philosophe, Mystique. Sa langue était l’arabe (dialectale ou classique), dans laquelle il s’exprimait avec ma mère et avec nous ses enfants. Quand il était interviewé, il n’acceptait de parler qu’en arabe, afin de ne pas déformer sa pensée, il y avait un traducteur surtout à la télévision. Toute ma famille parle un très bon arabe, qui est resté une des composantes majeur de notre culture.

Je ne compte plus les amis Algériens qui me téléphonent où me rendent visite à Paris. Je mets à la maison dans mon bureau un tapis de prière, afin que la majeure partie puisse se recueillir en toute sérénité. Puis nous dînons, et écoutons du Malouf tard dans la nuit, j’ai en effet une grande audiothèque des œuvres de mon père. Nous sirotons des boissons d’oranges ou de citrons et lorsque le « Tâab » s’empare de nous, nous buvons des cafés avec du Zhar. Mes sœurs continuent inlassablement à faire des Mekroudes, ainsi que toutes nos pâtisseries algériennes sans oublier le Pain.

J’avais été invité, lorsque le Président Bouteflika, était venu en France à la réception de bienvenue ; après son discours et alors qu’il essayait de s’ouvrir un chemin devant tout ce monde qui le pressait, entouré des gardes du corps, un de ses accompagnateur me désigna du doigt, le Président déjoua le corset dans lequel il était enserré et m’étreignit longuement comme on le fait avec un fils trop longtemps absent.

Remerciez de ma part votre Directeur de Publication car EL WATAN a toujours rappelé la mémoire de mon père, en termes de fraternité élogieuse

Je vous souhaite ainsi qu’à votre famille que ce RAMADAN soit M’BROUK, et que vos vœux vous soient exaucés.

J’ai répondu à l’Idiot qui vous a diffamé dans le journal d’Oran.

EL SALAMOUN, EL SALAMOUN ÄAL AHBABI EL BÄDI OU EL KORBI ;

Respectueusement votre.

Docteur Jacob LEYRIS