Israël face au terrorisme. (30/11/2015)

Chaque jour s’allonge la liste des victimes juives, et beaucoup d’entre elles succombent. Si la fréquence des attaques est plus élevée à Jérusalem et dans le Goush Etsion, elles se produisent dans tout Israël. Les victimes sont choisies au faciès, juif. Même si déjà deux Arabes ont eu le tort de trop ressembler à des Juifs.

La particularité de cette nouvelle vague de terrorisme, c’est la forte implication des mineurs. Les civils avaient servi de boucliers humains au Hamas l’été 2014. Cette fois la lâcheté des dirigeants palestiniens franchit un nouveau pas : elle encourage le sacrifice de sa propre jeunesse. Ces dirigeants qui se sont empressés de condamner les auteurs du carnage parisien cautionnent, encouragent et sans aucun doute organisent cette entreprise quotidienne d’assassinats.

« L’Intifada individuelle durera jusqu’à la libération de Jérusalem », vient de déclarer devant des responsables religieux, le chef du Hamas à Gaza Ismaïl Hanyeh, ce qui prouve bien qu’Al Aqsa n’a été qu’un prétexte et n’a servi que de détonateur. Moins francs, Mahmoud Abbas et son clan, se contentent d’inciter au meurtre contre les Juifs, de décerner des médailles d’héroïsme aux assassins et des pensions à leurs familles. Mais pour les uns comme pour les autres, les objectifs sont communs : radicaliser de plus larges couches actuellement encore spectatrices, répandre l’insécurité parmi les Juifs, ‘’creuser un fossé’’ de plus en plus large entre juifs et arabes israéliens, et redessiner de nouvelles frontières qui seraient des frontières (ethnico-religieuses) de la peur.

Face à cette nouvelle stratégie de la violence que fait Israël ?

Ses dirigeants tentent d’en appeler à la solidarité occidentale en insistant sur une communauté de destin de peuples qui seraient ciblés par le même djihadisme. Si cela n’est pas complètement faux, cela n’est pas totalement vrai : le monde musulman n’a jamais accepté une souveraineté juive sur un territoire qu’il considère irréversiblement musulman depuis la conquête mahométane et impériale du 7eme siècle… Les ‘’Palestiniens’’ n’étant aujourd’hui que le bras armé de cet irréductible refus.

Vouloir ‘’universaliser’’ le terrorisme et gommer les différences, n’est pas très payant, puisque le Président Hollande s’est abstenu de citer les Juifs d’Israël  dans sa liste des victimes du terrorisme djihadiste international. Mais surtout, tenter de dissimuler la spécificité du terrorisme palestinien, risque de fourvoyer et d’entretenir des illusions.

La parade des autorités israéliennes est essentiellement sécuritaire et de type dissuasive, mais croire que cela puisse réduire les candidats au passage à l’acte, lesquels savent qu’ils ont toutes les chances de périr, serait ne pas comprendre ce qu’est le ‘’martyre’’, ni mesurer ce qu’est la haine antijuive dans l’univers musulman.

Cette banalisation transforme une véritable guerre en routine, ‘’routine’’ qui peut s’éterniser et à coup sûr, démoraliser. Mais surtout empêche de mener cette guerre de façon offensive, compte tenu que les objectifs des autorités palestiniennes et de leurs représentants à la Knesset ne sont pas publiquement désignés.

L’Europe commence à comprendre qu’elle est ‘’en guerre’’, mais le peuple d’Israël, lui, sait qu’il l’est et ce, depuis des lustres.

Quand ses représentants politiques se comporteront-ils en fonction de cette réalité ?

La France vient de se mettre en deuil national. Mais en Israël, combien faudra-t-il encore de morts pour que la nation toute entière manifeste sa solidarité avec les victimes et leurs familles ? La gauche certes ne se mobilise qu’en faveur des Arabes, mais la droite où est-elle ?

Qu’attend le gouvernement pour saisir le Tribunal international (CPI) à l’encontre des dirigeants palestiniens qui manifestement manipulent les candidats au paradis et dirigent en sous-main la vague actuelle d’assassinat des Juifs ?

Qu’attend la Knesset pour faire de la condamnation du terrorisme LA condition pour y siéger ?

Et alors que l’Europe commence à comprendre qu’elle récolte ce qu’elle a semé, en abandonnant peu à peu ses frontières et son identité, n’est-il pas temps pour le peuple juif d’Israël et ses représentants d’informer le monde que lui y tient ? A ses 3500 ans d’histoire et aux valeurs du judaïsme.

Et par exemple, en commençant par rétablir la souveraineté israélienne sur le Mont du Temple.

La guerre faite au peuple juif par le monde musulman, comme plus tôt par le monde chrétien, a été une guerre d’oppression et d’humiliation visant à déraciner le désir juif de se maintenir comme peuple.

Des siècles seront nécessaires au monde musulman pour qu’il admette le fait historique de l’émancipation juive, appelée sionisme et advenue au 20eme siècle par la renaissance de l’Etat d’Israël.

D’ici là, le peuple juif d’Israël n’aura d’autre choix, faute de disparaitre, que de gagner toutes les guerres qu’on lui fera.

A commencer par les plus vitales, celles contre son identité, son histoire et ses symboles.

Car contrairement à ce que certains croient, se nier ou s’édulcorer attisent les instincts meurtriers, tandis que s’affirmer, les contient, voire même pourrait forcer le respect…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *