En ce triste Lundi 31 Mai 2010…

Avec la flottille soi-disant humanitaire, le pire vient de se produire.

Au lieu que la communauté internationale, par l’ONU ou d’une autre manière, séparément ou collectivement, dise clairement aux auteurs de cette initiative que c’était une dangereuse provocation, et qu’ils envoient par exemple une troupe d’interposition avant que la flottille n’entre dans l’espace israélien, ils ont fermé les yeux, et abdiqué leur responsabilité internationale essentielle qui est de prévenir la guerre.

A cette première irresponsabilité majeure, s’y ajoute à présent une seconde :

au lieu de condamner les auteurs de l’initiative de ne pas s’être rendu aux arguments raisonnables de l’armée israélienne – aller à Ashdod, pour que la cargaison puisse être vérifiée, et sa partie réellement humanitaire ajoutée aux 150 gros camions quotidiens qui vont à Gaza à partir d’Israël qui contrairement à la propagande ne fait aucun blocus, sinon celui des armes – et repartir ds leurs pays, la  »communauté internationale » préfère à présent condamner… Israël !!!

Ainsi aujourd’hui en direct, devant nos yeux est en train de se reproduire le scénario de la guerre de Gaza en 2008-09. Car si durant 8 ans la  »communauté internationale » avait joué son rôle de prévenir la guerre, elle serait intervenu elle même pour mettre fin aux tirs continuels depuis Gaza sur Israël. Elle aurait évité une guerre, les morts israéliens et les morts gazaouis.
Car Israël n’aurait pas eu besoin de riposter directement.

Ainsi donc, j’en arrive à la conclusion, extrêmement grave et préoccupante, que la véritable guerre faite à Israël, ne l’est pas tant du fait des Palestiniens que de la  »communauté internationale ».

Et d’une certaine manière la  »communauté internationale » continue la longue tradition doublement millénaire de mise au pilori du (fait) juif, qui en passant par Munich, aboutit à la liquidation de 6 millions d’individus.

Plus que jamais, c’est la légitimité des Juifs à avoir leur propre état qui est contestée.

Plus que jamais, c’est LA QUESTION JUIVE qui se repose.

Plus que jamais, c’est à cette question que la  »communauté internationale » doit répondre clairement.

Qu’elle affirme solennellement qu’Israël est légitime, non pas seulement du fait de la Shoah, mais du fait de sa longue histoire, et qu’elle joue alors son rôle de garant de cette légitimité, et alors s’ouvrira une ère de paix.

Sinon, ce sera la guerre, car toute négociation avec les Palestiniens, même couronnée de succès, ne serait qu’une étape vers cette guerre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *