L’Unesco est en train de couler, son capitaine l’a sabordé (20/01/2014)

e  »Groupe arabe auprès de l’Unesco » (1) a demandé par lettre le 14 janvier dernier l’annulation d’une exposition préparée depuis 2 ans, et sa directrice Irina Bokova a obtempéré 3 jours avant son inauguration.

Fait sans doute unique dans les annales de cette prestigieuse institution, comme de toute institution culturelle respectable. Cette exposition s’intitulait  »Le Peuple, le Livre, la Terre: 3500 ans de relations entre le peuple juif et la Terre sainte ».

Voici copie de la lettre adressée à Mme Bokova.

Cette décision cumule les scandales, tous plus  »énormes » les uns que les autres. Scandale de l’annulation. Scandale du diktat du  »Groupe arabe ». Scandale de l’importation dans ce qui se voulait un Temple de la culture universelle d’un débat de nature politique. Scandale qu’un ensemble de pays puisse à l’Unesco, se regrouper sous une bannière ethnico-politique. Scandale du contenu de la justification de ce groupe. Scandale de l’abdication de sa directrice. Scandale enfin, et celui-là est le plus important, de l’exclusion de la culture et de l’histoire de l’un des plus anciens peuples de l’humanité présente. Scandale absolu !

Les détracteurs de Samuel Phillips Huntington, devront revoir leurs copies. Le Choc des civilisations insistait sur l’importance des oppositions culturelles, civilisationnelles, et religieuses. Sans parler du plus terrible des attentats de tous les temps contre les Tours Jumelles de Manhattan, en 2001, les guerres civiles qui de l’Algérie, à l’Irak, à la Syrie, en passant par l’Afghanistan, ont meurtri et meurtrissent le monde musulman, ne lui avaient-elles pas déjà donné raison? Idem pour les agressions contre les minorités chrétiennes, devenues les cibles et les otages des majorités musulmanes, où les courants islamistes, racistes et fascistes, sont hégémoniques, provoquant des exodes d’une ampleur jamais vue dans l’histoire, que ce soit au Soudan, au Nigéria au Pakistan, en Egypte et au Liban… Et s’il avait encore fallu une nouvelle preuve de la justesse de l’hypothèse d’un gigantesque clash civilisationnel, eh bien, le coup d’Etat qui vient de se produire à Paris, à l’Unesco, est là.

Certes ce coup de tonnerre n’arrive pas dans un ciel serein… C’est le moins que l’on puisse dire. Le fait que le siège de l’Unesco se trouve dans la capitale du même pays où un nazillon se prétendant artiste, porté au pinacle par des cohortes d’admirateurs de toutes les couleurs, a pu récemment vanter les mérites des chambres à gaz, n’est pas pour moi le fait du hasard.

De l’admiration pour les artisans de la Shoah, au négationnisme de l’histoire d un peuple, la boucle est bouclée.

Certains de mes amis m’avaient reproché d’exagérer en voyant dans la quenelle le symbole d’un nouveau type de judéophobie planétaire. La décision de la directrice de l’Unesco, leur donne tort.

La quenelle est aujourd’hui reprise dans de nombreux pays, la plupart du temps dans un décor-signifiant juif. Et récemment en Tunisie, des  »contestataires progressistes », non des islamistes, se le sont appropriés.

Or la quenelle est bien le salut nazi empêché. Le journaliste algérien Arezki Metref vient de nous le rappeler (2), qui en situe l’origine dans le film «Docteur Folamour», où « un scientifique transfuge, nostalgique du régime nazi, n’arrivait à refréner le salut nazi automatique de son bras droit qu’en le retenant de sa main gauche ». Je comprends moins sa tentative de banaliser Dieudonné en en faisant un simple plagiaire de Kubrik, comme si les intentions de l’un et de l’autre n’étaient pas diamétralement opposées. Faudra-t-il demain accepter la promotion de la dictature comme un acte humoristique parce que Chaplin a réalisé  »Le Dictateur » ?

Cette flambée de judéophobie, comme toutes les flambées passées, est le signe certain d’un malaise planétaire profond, certainement dû à la mondialisation économique et médiatique qui rend subitement mitoyennes des mentalités qui ont des histoires et des racines extrêmement différentes, et qui sont encore très loin d’être prêtes au  »dialogue des civilisations », les unes façonnées par des siècles de libéralisme et les autres par des siècles d’intolérance et de crimes contre toutes les minorités, politiques, religieuses, ethniques, culturelles, sexuelles, et intellectuelles, sans même parler de la minorisation de la majorité, les femmes.

Jusqu’à la récente décision d’Irina Bokova, je croyais justement que c’était le rôle d’une institution culturelle comme l’Unesco, de favoriser ce  »dialogue », de faire reculer toutes les intolérances, et en imposant la réalité des cultures et des histoires de faire la nique à tous les dénis de nature politique. Et naturellement, à l’annonce de cette Exposition, je m’étais souvenu de ses premières paroles après son élection en 2009 : « Le serment que je viens de prêter est un engagement au service de l’Humanisme. »

Force m’est de constater aujourd’hui que la directrice a trahi son propre serment. Et plus gravement la mission même de cette prestigieuse institution culturelle internationale, l’Unesco. Loin de tenir à distance la politique et son cortège de divisions, sa décision a exactement l’effet inverse : faire perdre à l’Unesco son indépendance et l’instrumentaliser directement dans les luttes politiques.

L’appel du  »Groupe arabe » à annuler l’Exposition considère qu’elle allait  »faire du tort aux négociations de paix en cours ». Quelles négociations ? L’Appel ne le précise même pas. Dans les hautes sphères de l’Unesco, on se comprend à demi-mots. Mais comme on peut imaginer qu’il s’agit des actuelles négociations israélo-palestiniennes chapeautées par les USA, on aurait bien voulu savoir pourquoi… Pourquoi une telle Exposition  »Le Peuple, le Livre, la Terre: 3500 ans de relations entre le peuple juif et la Terre sainte », mettrait en danger des négociations de paix ? Pourquoi porterait-elle également tort « à l’objectivité et la neutralité de l’Unesco » ?

Pour le  »Groupe arabe », « sous un intitulé en apparence anodin », il s’agit tout simplement d’un des « chevaux de bataille du camp des opposants de la paix en Israël » !!! L’Unesco, qui préparait cette exposition en collaboration avec le Centre Simon Wisenthal, ne s’en serait pas aperçu d’elle-même depuis deux ans… La Ligue arabe, pardon le  »Groupe arabe après de l’Unesco » aurait donc pallié à une carence manifeste… En quoi une iconographie illustrant le fait que le peuple juif a eu un rapport sans discontinuité à sa terre d’origine depuis 3500 ans s’opposerait à la paix ? Ce fait est-il un fait avéré ou un mensonge, un fantasme, une fiction, une manœuvre, un coup bas, une feinte, un croc en jambes, une ignominie ?

Ne serait-il pas vrai que tous les malheurs des Juifs proviennent du fait que refusant de céder sur leurs caractéristiques identitaires et nationales, ils se battirent tant qu’ils purent pour préserver leur intégrité nationale, et demeurer sur leur terre ? Sait-on seulement que la plupart des fêtes juives, dites  »religieuses », sont des fêtes nationales, de résistance à un oppresseur, et plus concrètement aux grandes puissances impériales égyptienne, assyrienne, babylonienne, perse, grecque, romaine?

Ne serait-il pas vrai que lorsqu’ils furent en diaspora, ils ne renoncèrent jamais, hormis des exceptions, ni à leur identité, ni à leur terre d’origine, et se manifestèrent, autant qu’ils le purent, de la solidarité à travers tout le globe ? Ne serait-il pas vrai que trois fois chaque jour ils priaient de revenir  »l’an prochain à Jérusalem » ? Ne serait-il pas vrai que dès que les circonstances historiques le leur permirent, notamment la fin de l’Empire ottoman, ils s’attelèrent à reconstituer leur Etat, dans lequel presque personne ne croyait, et depuis chaque année plus prospère et plus dynamique.

Inversement, tous les malheurs des Arabes, et notamment des Arabes de Palestine, ne proviennent-ils pas précisément du fait qu’ils ont voulu ignorer et continuent d’ignorer le sentiment national et l’aspiration nationale des Juifs, voire même de les nier, allant jusqu’à y voir une sorte de perversité, et un obstacle à la paix, comme l’écrit le  »Groupe arabe » ?

Personnellement, je n’ai pas attendu la nouvelle mode européenne de l’anticolonialisme, pour affirmer le droit des Arabes à l’autodétermination, en Algérie et ailleurs. Je suis resté en Algérie comme Algérien, certes comme un idiot utile, à la condition non-dite de ne rien dire de tous les sujets tabous. Notamment celui des Juifs, et celui de l’exode d’un million de non-musulmans comme conséquence de la volonté du FLN de mettre en place une Algérie arabo-islamique. Déjà chassé par l’islamisme en 1993, je fus ostracisé par l’Etat en 2007, suite à l’interdiction de mon dernier film qui pour la première fois disaient ces choses à ne pas dire (3), mais également vilipendé par l’intelligentsia de gauche qui se comporte plus comme un relai de l’Etat que comme sa contestation.

Je suis donc tout à fait à l’aise aujourd’hui pour affirmer qu’une grande partie du malheur arabe provient de ses obsessions judéophobes. Lesquelles ont précédé la renaissance d’Israël de près de 13 siècles. Je m’explique sur tout cela dans mon dernier livre :  »Le Monde arabe face à ses démons : Nationalisme, Islam et Juifs » (4). J’y explique notamment que de ces trois unanimismes qui font obstacle à la naissance d’une véritable pensée démocratique, le troisième, l’unanimisme judéophobe, est le plus redoutable et le moins remis en cause.

L’intelligentsia du monde arabe a un immense travail à faire pour s’émanciper de ces trois empêchements à penser qui agissent comme des réflexes conditionnés. Même s’il est clair que sa tâche n’est pas facile. Toucher à l’un de ces trois tabous, c’est au minimum l’exclusion de la communauté, et le plus souvent la mort. Qui ne connait pas la liste de cet intellectocide méconnait tout du monde arabo-musulman.

Pour s’être rendu au Salon international du Livre à Jérusalem en Mai 2012, comme invité d’honneur, je rappelle que l’écrivain algérien Boualem Sansal qui venait de recevoir à Paris le Prix du Roman arabe, fut sanctionné par les ambassadeurs du monde arabe qui le privèrent de la dotation ! Lorsque fin Mars 2001, dans un Appel publié par le Monde (5), 14 intellectuels arabes, parmi lesquels Adonis, Darwich, et Edward Saïd, demandèrent l’annulation de la Conférence mondiale du négationnisme qui devait se tenir à Beyrouth, à l’initiative d’un néo-nazi suisse, Jürgen Graf, à qui Khomeiny avait accordé l’asile et la nationalité, ce fut une levée immédiate de boucliers dans le monde arabe. L’Union des écrivains jordaniens demanda des comptes à chacun d’eux. L’histoire retiendra qu’un seul se déjugea et ce fut Edward Saïd. Enfin et pour ne pas multiplier les exemples, rappelons que le grand poète syrien Adonis, depuis longtemps en exil, fut exclu de l’organisation des Ecrivains arabes, uniquement pour avoir dit que les Arabes devaient reconnaitre que les Juifs sont une composante de l’histoire du Moyen-Orient !

En dictant à la directrice de l’Unesco l’annulation de l’Exposition,  »le Groupe arabe » fonctionne selon la même logique que cette organisation des écrivains arabes : ils nient que les Juifs soient une composante nationale du Moyen Orient. C’est l’ignorance de l’histoire juive, et plus encore, la volonté de la nier, qui font réellement tort aux actuelles négociations israélo-palestiniennes. Depuis longtemps j’avais coutume de dire que la question palestinienne ne pourra être réglée tant que le monde arabe ne règlera pas sa question juive. Ce qui vient de se passer à l’Unesco me donne, malheureusement, une nouvelle fois raison. Comment imaginer un seul instant que puissent aboutir des négociations où l’un des deux partenaires nie l’identité de l’autre, et sa légitimité à être une  »composante » de cette région ? ! !

Et s’il est vrai que nier la réalité mène au délire, on aurait pu penser que cette Exposition sous l’égide de l’Unesco, aurait pu avoir des vertus plutôt thérapeutiques. Rappeler que le peuple juif, à force de résister et d’endurer un certain nombre d’avanies, puis de les surmonter, s’était constitué ce qu’on appelle une histoire, laquelle à force d’être transmise de générations en générations, durant 3500 ans, est devenue une mémoire, en quoi cela pouvait-il « porter tort aux négociations de paix en cours ou a l’objectivité et la neutralité de l’Unesco » ?

N’est-ce pas plutôt le diktat du  »Groupe arabe auprès de l’Unesco » et l’abdication de sa directrice convertie en activiste de la campagne de Boycott d’Israël (BDS), qui « porte tort aux négociations en cours, à l’objectivité et la neutralité de l’Unesco » ?

Faut-il rappeler qu’Irina Bokova ne fut élue que parce que la candidature du favori, Farouk Hosni, ministre égyptien de la Culture durant plus de vingt ans, ne fut invalidée qu’in-extrémis en raison de ses nombreux propos judéophobes. N’avait-il pas déclaré en 2008 qu’il irait «lui-même bruler les livres écrits en hébreu» dans les bibliothèques égyptiennes ? Le même qui avait invité au Caire le philosophe négationniste Roger Garaudy, et dénoncé « l’infiltration des juifs dans les médias», n’avait-il pas déclaré en 1997 : « Les juifs volent notre histoire et notre civilisation ; ils n’ont pas eux-mêmes de civilisation ; ils n’ont pas de pays et ne méritent pas d’en avoir. Donc, ils essayent de créer un pays par la force.»

L’annulation de l’Exposition  »Le Peuple, le Livre, la Terre: 3500 ans de relations entre le peuple juif et la Terre sainte », ne procède-t-elle pas de la même pensée? Et si les mêmes causes entrainent les mêmes effets, ce qui avait valu à Farouk Hosni sa non-élection, ne doit-il pas valoir aujourd’hui à Irina Bokova, en toute logique, son éviction?

Car au-delà de sa personne, il y va de la crédibilité même de cette institution. Soit l’annulation est maintenue et l’Unesco perdant toute légitimité se transforme en une nouvelle OIG anti-juive (Organisation Inter-Gouvernementale). Soit le  »Groupe arabe » est désavoué, et Irina Bokova nous doit au minimum un mea-culpa.

Je suis curieux de voir quelle sera la réaction des autres Etats qui financent l’Unesco, et notamment les USA, dont le Président lors de son dernier voyage en Israël en 2013, martela avec force, ovationné par un public d’étudiants, à Jérusalem (et non à Tel Aviv), qu’Israel était bien l’Etat du peuple juif héritier d’une histoire de 3500 ans.

J’attends aussi avec curiosité la réaction de tous ces intellectuels français bien-pensants qui s’étaient insurgés contre l interdiction des spectacles négationnistes de M. Mbala Mbala.

En attendant, mon pronostic est le suivant : si les USA et les Etats européens principaux financeurs de l’United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization fermaient les yeux et la bouche, si la directrice n’était pas obligée de revenir sur sa décision, ou justement congédiée, alors compte tenu de la dimension mondiale de cette institution et par conséquent de cette annulation, comme du fait que le  »Groupe arabe auprès de l’Unesco » s’il n’est pas l’émanation directe de la Ligue arabe, en est extrêmement proche, alors disais-je, on pourrait considérer que nous venons d’assister en direct à l’enterrement des négociations israélo-palestiniennes.

Quelles que seront les suites de cette nouvelle  »Affaire », l’annulation par l’UNESCO, de l’Exposition  »Le Peuple, le Livre, la Terre: 3500 ans de relations entre le peuple juif et la Terre sainte », peut d’ores et déjà être considérée comme une des plus graves agressions symboliques contre les Juifs depuis la Shoah.

Décidément 2014, marquée par le sceau de la judéophobie délirante et consciente, a bien démarré !

___________

(1) La lettre est signée par  »Abdulla Alacalmi, délégué des Emirats arabes unis, Président du groupe arabe auprès de l’Unesco ».

(2)  »Dieudonné et autres énigmes »- Soir d’Algérie- Dimanche 12 Janvier 2014

(3) ‘Algérie, histoires à ne pas dire », écrit et réalisé par l’auteur, diffusé en salles en France en 2008.

(4) – Editions Colin – 2013

(5) Le Monde. 15 Mars 2001

Le Figaro pris en flagrant délit d’esprit partisan (13/04/2014)

J’ai adressé un courrier au directeur des rédactions du Figaro, Mr. Brézet, resté sans réponse. Le voici dans son intégralité.

Monsieur le Directeur du Figaro,

Bien que traditionnellement « de gauche », j’avais bien dû me convaincre que vous étiez plus objectif que vos concurrents portant cette étiquette.

Je m’en étais persuadé notamment sur l’exemple de l’Algérie d’où je viens et où j’ai vécu jusqu’en 1993, lorsque je m’étais aperçu (et indigné) que vos concurrents préféraient les islamistes aux démocrates algériens. Puis plus récemment à propos du conflit judéo-arabe.

D’une façon générale, le clivage droite/gauche ne signifiant plus rien pour moi, seul m’importait la vérité, et il me semblait que vous vous en rapprochiez le plus.

Or l’article de votre correspondant Mr. Louis : Au Proche-Orient, le compromis n’a jamais semblé aussi lointain (Le Figaro du 7 avril 2014), m’a profondément choqué.

Est-ce dû à la seule plume de votre correspondant, ou à une nouvelle ligne éditoriale, je n’en sais rien. Toujours est-il, que je vous prends en flagrant délit d’esprit partisan.

J’avais cru comprendre par le passé que Le Figaro comprenait mieux que ses concurrents de gauche que le monde arabe :

  • ne fonctionne pas selon les normes connues de la démocratie, ce que d’ailleurs bon nombre d’Israéliens ne comprennent pas non plus, immergés qu’ils sont dans un monde de totale liberté d’expression.
  • a un problème sérieux, profond, structurel avec la question juive.

Dans mon dernier livre « Le monde arabe face à ses démons : nationalisme, islam, Juifs (Colin), je résume la difficulté du monde arabe par rapport au conflit judéo-arabe ainsi : la résolution de la Question palestinienne a un préalable, la résolution par le monde arabe de SA Question juive.

Le monde arabe considère que les Juifs ne sont pas une composante du Moyen-Orient. Pour avoir contredit cette position, le célèbre poète syrien exilé, Adonis, s’était fait éjecter de l’Union des Ecrivains arabes ! Plus encore, le monde arabe refuse toute légitimité à Israël, juste acceptée par certains diplomates, comme un fait accompli. Anouar Sadate fut assassiné pour avoir foulé le tabou, comme vous le savez.

Comment imaginer que des négociations, quelles qu’elles soient, puissent déboucher sur quelque chose de positif, quand l’un des partenaires refusent à l’autre de le reconnaitre, c’est-à-dire ici, de reconnaitre sa légitimité d’Etat du peuple juif. 1

Tant que ce préalable ne sera pas accepté par le monde arabe (car malheureusement, les Palestiniens n’ont aucune autonomie de jugement en ce qui concerne Israël), aucune négociation ne pourra aboutir. Dire autre chose, c’est leurrer son public et dépenser de l’argent pour rien.

Ces négociations ont échoué et seuls ceux qui ne veulent pas comprendre cette chose si simple, peuvent jouer à l’étonné. Mais le cas de votre correspondant est plus grave, il ne joue pas, lui, à l’étonné. Il sait, lui, que le seul fautif est Israël !

Or Mr Netanyaou a affirmé et depuis longtemps qu’il acceptait la création d’un Etat palestinien qui sans doute sera immédiatement “arabe et musulman », puisqu’il est déjà représenté dans la Ligue arabe, et dans l’Organisation de la Conférence Islamique dont la Déclaration des Droits de l’Homme, en islam, comme vous devriez le savoir, comporte une référence à la charia, quasiment à chacun de ses articles.

Qui donc a fait échouer à nouveau les négociations, ou le dit « processus » de paix ?

J’espère que votre Courrier des lecteurs acceptera de publier ce texte [Dreuz: non, Le Figaro a refusé avec mépris de publier ce texte] dont j’ai eu beaucoup de mal à en gommer toute forme d’indignation.

J’espère surtout lire des choses plus sensées à l’avenir dans un journal que je m’étais habitué depuis 1993 à respecter.

1 Ce qui, soit dit en passant, n’empêche pas l’existence des minorités ethnico-religieuses avec une citoyenneté égale. Et comme vous le savez Israël peut s’enorgueillir de voir prospérer en son sein une population de près de 20% d’Arabes, alors que le monde arabe a chassé son million de Juifs, de terres qui avaient été habitées par des Juifs comme par exemple en Irak, en Arabie, en Egypte, près de 1000 ans avant l’arrivée des armées musulmanes ! Et par ces temps où les Musulmans n’en finissent pas de s’étriper (et le mot n’est malheureusement pas déplacé) dans presque tous les pays musulmans, Israël peut aussi légitimement s’enorgueillir d’être le seul pays du Moyen-Orient où les Musulmans de divers rites vivent pacifiquement.

En Europe, on peut à nouveau tuer tranquillement des Juifs (10/06/2014)

C’est un constat, pas une appréciation. Bruxelles n’a pas été élue par hasard, par le criminel et l’organisation dont il dépend. C’est la capitale de l’Europe ! Ce crime, spectaculaire, scelle l’union de l’Europe et de l’islamisme, comme le meurtre des juifs dans les années 30 et 40 avait scellé l’union de l’Europe et du nazisme.

Hitler annonça son projet presque 20 ans avant de passer à l’acte. Fut-il arrêté préventivement ? Non ! Fut-il même entravé, alors qu’il le mettait tranquillement en œuvre ? Nullement ! L’Europe, l’ancienne, collabora ! Quant à la nouvelle, outre-Atlantique, ignorait-elle ce qui se tramait dans les camps de la mort? Pas du tout! Bombarder les lignes de chemins de fer eut sauvé des millions de juifs. Le firent-ils? Que nenni!

Tout comme le nazisme, l’islamisme est un totalitarisme. Bien plus dangereux d’ailleurs, car il puise son inspiration dans une religion qui a un milliard d’adeptes. Il nourrit le même rêve fou de conquérir le monde. Et tout comme le nazisme, en préliminaire, de détruire les juifs. C’est-à-dire aujourd’hui Israël, où comme hier en Europe, se trouvent à nouveau 6 millions d’autres juifs, et même un peu plus…

L’expérience nazie a-t-elle servi au moins à se prémunir vis-à-vis d’autres semblables tentatives? L’islamisme, comme idéologie, a-t-il été condamné et combattu, au moins à titre préventif? Non et non! L’Iran a-t-elle été exclue de l’ONU pour avoir menacé de rayer de la carte Israël? Le Hamas qui a inscrit dans sa Charte fondatrice l’objectif de reconquérir toute  »la Palestine », et conformément à l’eschatologie musulmane, de tuer les juifs jusqu’aux derniers, a-t-il été prié de la modifier pour obtenir le soutien de l’Europe et de l’Amérique? Non, toujours non! L’Europe sans la moindre garantie s’est précipitée (à Munich, allais-je écrire) pour adouber le nouveau gouvernement palestinien dit  »d’union nationale » ou encore  »technocratique », et le Hamas, d’un coup de baguette magique est redevenu légitime!

Ce qui donc a été possible hier, est encore possible aujourd’hui. L’idéologie criminelle n’est pas stigmatisée comme telle. Et les différentes étapes du passage à l’acte, qui précède la solution finale, non plus: on peut insulter, cogner, tuer un juif, menacer, boycotter, bombarder Israël. Et même l’effacer – en attendant- des cartes de géographie, dans les écoles de Mahmoud Abbas, sans parler de celles de Gaza, et sans parler des armoiries du Fatah et de l’OLP, sans parler de ces jingles de la TV de l’Autorité palestinienne où le nom des villes israéliennes font partie de la  »Palestine », de Tel Aviv à Jéricho! Sans que tout cela n’émeuve le Consulat français de Jérusalem, qui a pourtant reçu officiellement la mission du Quai d’Orsay de représenter diplomatiquement la France en  »Palestine ». Pas plus d’ailleurs qu’il ne fut ému de la quenelle, ce signe rassembleur de la nouvelle judéophobie planétaire, ostensiblement exhibée par un artiste palestinien accueilli, avec d’autres, dans ses locaux, et dont la photo n’a même pas été dissimulée…

Cette jonction de l’islamisme et du nazisme n’est d’ailleurs pas une nouveauté. Le fondateur du panislamisme et du panarabisme, n’était autre, que le grand Muphti de Jérusalem qui dut son titre à l’Angleterre mandataire, dès les années 20. Et est-ce un hasard s’il se retrouva immédiatement aux côtés d’Hitler, à Berlin, prônant par la parole et le glaive, la destruction des juifs? De tous les juifs. Allant même jusqu’à reprocher à Ribbentrop de ne s’être occupé que des juifs d’Europe! Amin El Husseini avait sa place, toute sa place, au Tribunal de Nuremberg, en tant que grand criminel de guerre. Par quelle grâce y échappa-t-il ? Mais par la grâce de l’Europe, pardi ! Et notamment de la Grande-Bretagne, et de la France de De Gaulle qui l’hébergea luxueusement puis le laissa s’en retourner tranquillement au Moyen-Orient où pullulaient déjà les officiers nazis, arborant de nouveaux patronymes arabes, recyclés dans la propagande anti-israélienne, puis dans  »la juste-cause-du-peuple-palestinien ».

Les descendants politiques et généalogiques d’Amin El Husseini, lequel juste avant sa mort tint à déclarer qu’il partait tranquille puisque  »5 millions de Juifs » étaient partis en fumée, l’ont-ils condamné, banni de leur Panthéon ? Jamais ! Ni Mahmoud Abbas. Ni hier Yasser Arafat qui s’enorgueillit même d’en être le petit neveu. Ni aujourd’hui Leïla Shahid, de la même famille des Hussein (famille d’Arabie, gardienne de la Mecque), et  »ambassadrice de la Palestine auprès de l’Union européenne »… Tiens, à Bruxelles ! Cette ambassadrice a-t-elle élevée sa voix pour défendre le Professeur Mohammed Dajani de l’Université palestinienne El Qods, attaqué de toutes parts pour avoir accompagné en Mars un groupe d’étudiants palestiniens à Auschwitz, et qui ces jours-ci vient d’être obligé de démissionner, démission aussitôt acceptée par le président sortant Sari Nusseibeh, et par son successeur Imad Abu Kishek ? Non, trois fois non !

L’Europe et l’Amérique qui s’émeuvent dès que les partis populistes dépassent le score de 20%, ont-ils de leurs côtés exigé la critique de l’héritage nazi des leaders palestiniens et arabes ? A ce stade, vous devinez tout seul.

C’est donc un constat, l’Europe fait bon ménage aujourd’hui avec l’islamisme, comme hier avec le nazisme. Chassés d’Afrique du Nord et récemment d’Egypte par les armées locales, les islamistes, accueillis à bras ouvert, ont élu domicile dans toute l’Europe, de la Suède à l’Espagne… DANS TOUTE L’EUROPE, occidentale et démocratique ! Dans les années 90, les intellectuels, artistes et démocrates algériens massacrés par les milices du GIA dénoncèrent cette complicité de l’Europe, l’ancienne et la nouvelle, outre-atlantique. Qui les écouta ? Les journalistes des grands titres français  »de gauche » les qualifièrent aussitôt de  »suppôts du pouvoir ».

La conclusion logique est donc qu’en Europe, on continuera à massacrer des Juifs. Autant le savoir ! Et ce, quelles que soient les déclarations de ministres de l’intérieur. Minables, puisque tant pour Merah que pour Nemmouche, ils ont été pris en flagrant délit de faute professionnelle. Fichés comme de dangereux terroristes, on les laisse évoluer à loisir d’un pays à l’autre de cette Europe jusqu’à ce qu’ils atteignent leurs cibles.

Mais peut-on même parler de  »faute » lorsque l’idéologie qui les nourrit, l’islamisme, n’est même pas déclarée hors-la-loi ? A peine, une négligence ! Eventuellement on changera le patron de la police, ou même le ministre…

On continuera à massacrer les Juifs en Europe parce que  »la passion génocidaire » (livre de Georges Bensoussan) n’y est pas une folie passagère, mais inscrite dans son patrimoine culturel et religieux même, dont on s’est bien gardé jusqu’à présent d’en faire l’inventaire critique et surtout la totale épuration.

Et dans le monde arabo-musulman, on continuera de haïr le Juif et de vouloir l’occire, tant que ses théologues, et son intelligentsia ne s’attèleront pas à la même tâche, car pareillement la judéophobie ( »Prêcheurs de haine » de Taguieff) est inscrite profondément dans le patrimoine culturel musulman : on ne traite pas impunément les Juifs de  »singes » et de  »cochons » à longueur de siècles, et à longueur de pages, dans les trois textes les plus sacrés de la tradition islamique, le Coran, les Hadiths, et la Sira… On n’égorge pas impunément 600 à 900 Juifs,  »hommes en âge de se raser », par la main du chef de guerre prophète Mohammed lui-même (le massacre de la tribu des Banu Qurayza est sobrement évoqué dans le Coran, mais avec un luxe de détails dans la Sira)…

On continuera à massacrer des Juifs, car à ces raisons relevant aujourd’hui quasiment de l’imaginaire et de la symbolique, s’ajoutent des raisons aggravantes, historiques, politiques, économiques, géostratégiques. Et on peut même se demander si cette étrange permissivité vis-à-vis des islamistes, en Europe même, l’ancienne et la nouvelle, ne viserait pas à leur faire accomplir le travail… par délégation, si je puis dire. Comme hier avec les nazis.

Il est d’ailleurs encore plus étrange que certains Juifs ne se soient pas encore aperçus que depuis Camus la peste avait, sinon changé de couleur, du moins pris une nouvelle teinte…

Le monde aujourd’hui, comme hier l’Europe, rêve d’unité, et n’a de cesse d’y advenir. Aujourd’hui avec le monde arabe, ( »Eurabia » de Bat Yé’Or). D’où toutes les opérations, notamment  »culturelles », autour de la  »Méditerranée ». Et hier comme aujourd’hui, les Juifs/ Israël, sont vécus comme des empêcheurs d’unité. Qui n’a pas lu Jean-Claude Milner doit se précipiter sur les  »Penchants criminels de l’Europe démocratique ». Il y produit, magistralement, la démonstration que l’Europe n’a pu réaliser son unité qu’une fois la solution finale achevée, et que de ce point de vue c’était bien Hitler et le nazisme qui avait vaincu, puisque tel était leur principal objectif.

Non, Bruxelles n’a pas été choisi par hasard.

Mais bien parce qu’elle est la capitale de ces Etats Unis d’Europe, ce nouvel Empire qui a les  »Frontières d’Auschwitz » (livre essentiel de Shmuel Trigano) bâti sur un vaste cimetière, et encore c’est beaucoup dire, puisque l’invention du four crématoire a même économisé l’espace  »vital ». Et aussi, parce qu’à ce titre, elle se veut aujourd’hui le fer de lance de la culpabilisation d’Israël par rapport au  »problème palestinien ».

Or, le  »problème palestinien » est né d’une multitude de refus arabes que les Juifs puissent aussi s’autodéterminer sur une partie de leur terre historique, et même seulement sur un dixième de ce qui devait initialement leur revenir selon le Traité de San Rémo de 1922. Le Muphti de Jérusalem, toujours le même, Amin el Husseini, refusa toutes les propositions que lui fit Ben Gourion lors de très longues négociations secrètes dont l’échec se conclut à Londres en 1939, y compris celle d’une Fédération de trois pays souverains issus de la Palestine mandataire (le troisième pays étant la Transjordanie déjà offerte en 1921 par les Anglais à l’Emir Abdallah, un autre Hussein de la même famille d’Arabie gardienne de la Mecque, devenu en 1946 Jordanie, où vivent aujourd’hui 80% de  »Palestiniens »).

Tout le monde sait que la décision de l’ONU (Novembre 1947), de partager ce qui restait de cette Palestine mandataire, entre un  »Etat juif » et un  »Etat arabe », fut refusé par les Arabes, tant de  »Palestine » que des pays avoisinants, se jetant aussitôt sur les Juifs, avec leurs milices puis leurs armées, et plus encore après la naissance de l’Etat d’Israël en Mai 48, avec un seul objectif déclaré : bouter les Juifs hors de Palestine !

C’est-à-dire hors de leur contrée historique, la Judée, que les Romains baptisèrent  »Palestine », du nom de leurs pires ennemis, les Philistins…!

Mais peu de gens savent que les pays arabes refusèrent aussi la solution préconisée par une minorité de pays (Yougoslavie, Inde, etc…) de créer un Etat fédéral judéo-arabe. Les Arabo-musulmans, de Palestine et d’ailleurs, n’acceptèrent jamais qu’après 13 siècles de dhimmitude, d’obligation à porter des vêtements distinctifs et notamment la rouelle jaune, de persécutions, et d’humiliations les plus innommables, les Juifs puissent soudain prétendre s’émanciper et redevenir souverains. Et encore moins, réussir. Quelle insolence ! (Une si longue présence, ou Comment le monde arabe a perdu ses Juifs, Nathan Weinstock).

Et Weinstock insiste, il dit bien les Juifs, et non les  »sionistes », car au 20e siècle, les premiers Juifs à se faire égorger, que ce soit en 1921 à Jérusalem, ou en 1929 à Hébron ( »Le Juifs errant », d’Albert Londres), ne furent pas des  »sionistes », mais de bons vieux Juifs orthodoxes, habitués à l’antique dhimmitude, prêts à continuer cette vie d’inférieurs, et antisionistes pour cette raison autant que pour des raisons religieuses . Ce que l’ambassadrice Leïla Shahid a l’air d’ignorer, puisque partie au Salon du livre de Casablanca pour se faire le porte parole d’un livre qui célèbre les bonnes relations entre juifs et musulmans dans le monde islamique (sous la direction de Meddeb et de Stora, qui ne sont ni l’un ni l’autre des spécialistes de l’histoire juive, ou judéo-arabe !), elle ose dire droit dans l’œil de la caméra, que les Juifs n’y eurent jamais à se plaindre d’aucune violence ! Et ce à quelques mètres de livres tous plus antijuifs les uns que les autres, de  »Mein Kampf » aux  »Protocoles des Sages de Sion », édités dans tous les pays arabes, dans un Salon du livre dénoncé par sa virulence antijuive, y compris dans la presse française de  »gauche », mais que l’ambassadrice n’a pas remarqués !

Alors oui, tant que l’Europe, l’ancienne et la nouvelle, ne sera pas en mesure de rappeler aux Arabo-musulmans de Palestine, et d’ailleurs, qu’il est la cause essentielle de son propre malheur, de sa Naqba, de sa  »catastrophe » et que le peuple juif est pleinement légitime en Israël, parce qu’il a des droits que chaque pierre profère, on continuera d’y massacrer des Juifs. Est-elle en mesure de le faire?

J’en doute, puisque l’UNESCO elle-même cédant à la pression de son  »groupe arabe » annula l’Exposition  »3500 d’histoire juive » qui devait se tenir en janvier dernier à Paris, autre capitale, culturelle, de l’Europe, ancienne et nouvelle… ! Annulation scandaleuse qu’à ma connaissance seuls les Juifs dénoncèrent, et qui à cause de cela fut transformée en  »report » de quelques mois (inauguration, le 11 juin prochain, c’est-à-dire dans cette période idéale d’examens et de préparation aux vacances).

Et j’en douterai tant qu’en un temps où tous les mouvements de libération nationale du monde sont portés aux nues, l’on puisse impunément en agonir un seul, comme par hasard celui du peuple juif, le sionisme, portant ainsi atteinte à la dignité non plus d’un homme, mais de tout un peuple.

Alors pour Nasser, Ben Bella, Khadafi, Saddam Hussein, Arafat, ce serait le paradis? Et pour Ben Gourion, l’enfer?

Non, l’Europe n’est décidément pas engagée dans cette voie de la vérité historique, puisqu’en France par exemple, la TV n’invite jamais Taguief, Milner, Weinstock, Bat Ye Or ou Trigano, mais Ramadan, Ramadan, toujours Ramadan !

Et tant qu’elle ne proclamera pas hors la loi l’islamisme et l’anti-sionisme, on continuera d’y assassiner des Juifs, parce que Juifs.

Ne pas vouloir comprendre cela, et ne pas exiger du monde arabo-musulman, comme PREALABLE qu’il reconnaisse solennellement les droits du peuple juif à un Etat souverain où il ne soit pas minoritaire et où il puisse s’autodéterminer – ce qui est à proprement parler la définition du sionisme – c’est vouloir forcer Israël à signer un nouveau Traité de Houdeïbya (signé par le prophète chef de guerre Mohammed pour 10 ans, et remis en cause une année après, lorsqu’il se renforça militairement).

En effet, rappelons que le monde arabe représenté par la Ligue arabe, puis à partir de 1964, le mouvement national palestinien, ont longtemps refusé de reconnaitre l’existence même d’Israël. Arafat, et aujourd’hui Mahmoud Abbas y ont été forcés. Et lorsque ce dernier, aujourd’hui, refuse de reconnaitre précisément Israël comme l’Etat du peuple juif, qu’est-ce à dire, sinon qu’il accepte Israël provisoirement, faute de mieux comme un fait, accompli mais réversible, comme une sorte de Traité de Houdeïbya.

La confirmation vient d’ailleurs de tomber : le porte-parole Hamas du nouveau gouvernement palestinien, Al Ghussein, révèle que lorsque M. Abbas dit reconnaitre Israël : ‘These words are meant to trick the Americans‘ (« Ces mots sont destinés à tromper les Américains »).

Enfin, le Hamas affirme toujours dans sa Charte que son but est de faire disparaitre Israël (Art 11):  »La Palestine est une terre islamique waqf pour toutes les générations de musulmans jusqu’au jour de la résurrection »). Et l’Europe, l’ancienne et la nouvelle, n’ont même pas posé pour condition au nouveau gouvernement palestinien d’union nationale, la suppression de cet article, et de bien d’autres…

L’Europe, la nouvelle et l’ancienne, veut s’unir au monde arabo-musulman, nonobstant le fait que la Déclaration des  » Droits de l’Homme en Islam » adoptée par les 57 pays de l’OCI (Organisation de la Conférence Islamique) contredit totalement la Déclaration universelle de l’ONU. Et manifestement, tels hier les Juifs en Europe, Israël aujourd’hui est le gêneur de cette ré-union de l’Occident et de l’Orient au goût municho-gazaoui.

N’ayant pu imposer les Frères musulmans dans les années 90 au peuple d’Algérie, et plus récemment aux autres peuples du Maghreb et d’Egypte, on voudrait aujourd’hui les imposer au peuple d’Israël par leur branche palestinienne, c’est-à-dire le Hamas. Menacé et mis sur la défensive par le Général Sissi, récemment devenu le président d’Egypte, le voilà à nouveau remis en scène et prêt à resservir.

Comment alors ne pas voir que la conclusion logique est qu’en Europe, on continuera à massacrer des Juifs ? Non parce qu’un loup solitaire aurait perdu le chemin de sa forêt. Mais pour des raisons structurelles. Parce que comme le dit Benjamin Murmelstein dans le dernier film de Lanzman8, lorsque l’on déboise, le climat change. Et le climat a certes bien changé. En Europe comme dans le monde arabo-musulman où l’on a aussi beaucoup déboisé, complètement même, puisqu’en quelques années, il s’est vidé de tous ses Juifs. Un million de Juifs ! Eux du moins eurent le choix entre la valise ou le cercueil.

Oui sans aucun doute, en Europe, on continuera à massacrer des Juifs. Autant le savoir.

Surtout, autant que les principaux concernés le sachent ! Y compris ceux qui n’ayant rien appris de l’histoire, pensent qu’être anti-sionistes ou anti-israéliens pourrait les préserver.

Le rêve d’effacer Israël n’a pas disparu. Au contraire il est le plus grand rêve du monde arabo-musulman, comme le reconnaissent, courageusement, même certains intellectuels arabes du Moyen Orient9.

Bien avant l’Iran, Ben Bella, qui fut le premier président de cette république algérienne dont je fus le citoyen, avait déjà préconisé, dans les années 80, la bombe atomique pour rayer Israël de la carte. Effacement ainsi justifié :  »Israël est un véritable cancer greffé sur le monde arabe… Ce que nous voulons, nous autres Arabes, c’est être. Or nous ne pouvons être que si l’autre n’est pas.  » .10

Et s’il n’y aura pas de Shoah-bis, on ne le devra pas à l’Europe. Ni à l’ancienne, ni à la nouvelle. Ni encore aux alter-Juifs. Mais à l’existence même d’Israël et à la volonté du peuple juif de ne plus rétrocéder à quiconque son devoir d’autogestion et d’autodéfense.

Et n’en déplaise à feu Ben Bella, ses adeptes et disciples devront se trouver une autre manière d’exister.

Jean-Pierre Lledo est l’auteur de deux livres publiés récemment :

– La Révolution démocratique dans le Monde arabe/ Ah si c’était vrai !

– Le Monde arabe face à ses démons/ Nation, Islam, et Juif

Ô peuples de gauche, vous n’êtes pas racistes! (24/07/2014)

GAZA – Vous les Européens, vous les Américains, vous l’Internationale  »de gauche », aviez-vous entendu parler de tout cela, tout ce que j’énumère dans ce texte, avant de vous précipiter dans les rues derrière les drapeaux du Hamas?

C’est un sale coup que sont en train de faire les rejetons de notre siècle à leurs ancêtres. Marx, Lénine, Staline, Trotsky, frayant avec Goebbels. Hitler dans le même lit que son ami palestinien Amin El Husseini, et que Hassan El Banna, fondateur des Frères Musulmans. Sans parler de Mohammed, le Prophète lui-même, au nom duquel on vient de s’emparer de la République! Tous derrière le drapeau du Hamas brandi, chantant la nouvelle Internationale:  »C’est le Djihad final, groupons-nous et demain, le Khalifat sera le genre humain »…

Tous derrière le Hamas (acronyme en arabe de Mouvement de la Résistance Islamique)! Dont les statuts disent notamment:

    • Le Mouvement de la Résistance Islamique est l’une des ailes des Frères musulmans en Palestine (Art 2).
    • La structure fondamentale du Mouvement de la Résistance Islamique est constituée de musulmans qui ont levé l’étendard du Djihad… (Art 3).
    • Le Mouvement de la Résistance Islamique aspire à l’accomplissement de la promesse de Dieu, quel que soit le temps nécessaire. L’Apôtre de Dieu – que Dieu lui donne bénédic­tion et paix – a dit: « L’Heure ne viendra pas avant que les mu­sulmans n’aient combattu les Juifs, avant que les Juifs ne se fussent ca­chés derrière les pierres et les arbres et que les pierres et les arbres eussent dit: ‘Musulman, serviteur de Dieu ! Un Juif se cache derrière moi, viens et tue-le. Un seul arbre aura fait exception, le gharqad qui est un arbre des Juifs » (hadîth rapporté par al-Bukhârî et par Muslim) (Art 7).
    • Le Mouvement de la Résistance Islamique considère que la terre de Palestine est une terre islamique waqf pour toutes les générations de musulmans jusqu’au jour de la résurrection. Il est illicite d’y renoncer en tout ou en partie, de s’en séparer en tout ou en partie… Tel est son statut selon la Loi islamique, statut identique à celui de toute terre conquise par les musulmans de vive force. A l’époque des conquêtes, en effet, les musulmans ont constitué ces terres en biens waqf pour toutes les générations de musulmans jusqu’au jour de la résurrection (Art 11).
  • Il n’y aura de solution à la cause palestinienne que par le Djihad. Quant aux initiatives, propositions et autres conférences internationales, ce ne sont que pertes de temps et activités futiles. (Art 13).
  • Dans la bataille de libération, la femme musulmane a un rôle qui n’est pas inférieur à celui de l’homme : être l’usine à hommes (Art 17).
  • Grâce à l’argent, ils (les Juifs) règnent sur les médias mondiaux, les agences d’informations, la presse, les maisons d’édition, les radios, etc. Grâce à l’argent, ils ont fait éclater des révolutions dans différentes régions du monde pour réaliser leurs intérêts et les faire fructifier. Ce sont eux qui étaient derrière la révolution française, la révolution communiste et la plupart des révolutions dont nous avons entendu et entendons parler de-ci de-là (Art 22).
  • Le Hamas encourage les mouvements nationalistes (arabes) tant qu’ils ne font allégeance ni à l’Orient communiste ni à l’Occident croisé (Art 25).

Ces statuts, à quelques détails près, pourraient être ceux de tous les islamistes du monde. Mêmes visions du monde, mêmes buts et moyens de les atteindre.

C’est en leur nom:

  • Que les Frères musulmans égyptiens se lancèrent dans une politique d’assassinats politiques vers la fin des années 1940, qui valurent à leur chef, Hassan El Banna, d’être pendu.
  • Qu’Amin El Husseini, le premier leader palestinien fit assassiner en 1929, dans leurs lits, les Juifs de Hébron.
  • Qu’en 2001 les Tours jumelles furent abattues avec leurs milliers de victimes carbonisées.
  • Que durant la  »décennie noire » 1990-2000, le FIS et son bras armé le GIA s’attaquèrent d’abord à la fine fleur de l’intelligentsia algérienne, avant de s’en prendre au peuple pour sa tiédeur: 200.000 morts au total.
  • Que les islamistes tunisiens viennent d’abattre dans une embuscade des soldats de l’armée régulière: 14 en quelques minutes.
  • Qu’il y a quelques jours l’armée islamique du Levant à tué 270 civils syriens alaouites, une balle dans la tête, les uns derrière les autres, en moins d’une heure.

C’est en leur nom aussi que le Hamas palestinien, lorsqu’il prit le pouvoir dans la bande Gaza en 2006, évinça son concurrent le Fatah, parti de Mahmoud Abbas: 118 tués en une semaine, selon la CICR. Meurtre de civils, exécutions publiques des opposants politiques et des prisonniers, dont certains jetés d’immeubles, combats dans les hôpitaux, tirs à partir de véhicules portant le sigle « TV » utilisés par la presse: les images doivent encore se trouver sur le net.

C’est en leur nom que le Hamas met au point ses purges en exécutant sommairement, sans possibilité pour l’accusé de se défendre, tout militant gênant ou trop ambitieux, juste en le traitant de  »collabo d’Israël ». Le net regorge d’images de ces lynchages à mort, où les corps des victimes sont trainés par des motos dans les rues de Gaza.

Vous les Européens, vous les Américains, vous l’Internationale  »de gauche », aviez-vous entendu parler de tout cela, avant de vous précipiter dans les rues derrière les drapeaux du Hamas ?

Peut-être, non. Car vos médias, vos associations, vos partis, de la gauche à la droite, ne recouvrent la vue et l’audition, que lorsque la roue s’inverse, et que c’est au tour de l’arroseur d’être arrosé, et du Hamas d’être victime de la violence qu’il a lui-même générée.

Mais sans doute oui, aussi. Car à l’ère d’internet, difficile de prétendre ne pas savoir. Car vous par exemple, intellectuels du monde arabe qui aviez fui l’islamisme de vos pays, intellectuels européens et américains, journalistes, vous, au moins vous, vous saviez tout cela. Sans en piper mot.

Comment expliquer alors qu’au moment où justice commence à être rendue et que l’Etat-voyou du Hamas commence enfin à être puni pour sa malfaisance, voire d’être mis hors d’état de nuire, vous descendiez dans la rue, à sa rescousse, derrière sa bannière? Comment comprendre un tel défi à la raison? Et surtout ne vous réfugiez pas derrière les pertes civiles, laissez de grâce cette manie aux lâches du Hamas qui se protègent avec le corps de leurs propres enfants, quand ils n’en font pas des éclaireurs de première ligne. Car pour que je prenne au sérieux votre fausse inquiétude, il aurait fallu que depuis des décennies, de l’Algérie à la Syrie, en passant par le Darfour, vous descendiez dans la rue pour pourfendre les islamistes du monde entier, pour sauver de la condamnation à mort, par exemple, Asia Bibi chrétienne pakistanaise, condamnée à mort pour avoir bu de l’eau dans un puits musulman, ou encore Meriam, la jeune Soudanaise chrétienne condamnée à mort pour apostasie, libérée après avoir accouché en prison, les fers aux pieds, mais aussitôt après ré-arrêtée !

Et lorsque des civils juifs ont été tués parce que Juifs, jusque devant vos propres maisons, on n’a pas vu non plus le bout de votre nez.

Européens, Américains, et vous Arabes,  »de gauche », si le sort des Chrétiens massacrés du Nigéria, d’Egypte (Coptes), et d’Irak (Chaldéens) qui viennent de quitter Mossoul, leur ville depuis deux millénaires (!), vous indiffère, si le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes de dizaines de millions de Sahraouis, de Kurdes et de Berbères, ne vous parait pas digne d’exaltation, si seul le sort des Musulmans vous importe, que ne manifestez-vous au moins pour tous ces autres Musulmans massacrés au moment même où vous vous encanailliez Place de la Bastille?

Il y a pourtant de quoi faire avec ces 100.000 Peuls musulmans massacrés par leurs concitoyens chrétiens de Centrafrique, malgré la présence de 2000 soldats français et 6000 de l’ONU. Ou avec ces Mozabites d’Algérie récemment encore massacrés, parce que d’un rite minoritaire. Sans parler de ces  »Palestiniens » que vous semblez tant aimer et qui périssent des mains de leurs propres familles, le crime contre les homosexuels et les femmes soi-disant adultères, étant même considéré comme un  »honneur », la population palestinienne ayant le triste privilège d’avoir le plus fort taux au monde de  »crimes d’honneur »!

Ceci sans parler de l’esclavage des Noirs, accepté par vos bonnes consciences, comme un  »fait culturel », puisque là, les esclavagistes ne sont pas des Juifs, mais de bons Musulmans? Pour que je puisse croire, une demi-seconde, à vos préoccupations d’ordre moral, il aurait fallu que je vous vois défiler pour sauver ces deux cents lycéennes chrétiennes récemment enlevées par le Boko Haram du Nigéria, classé lui aussi  »organisation terroriste », tout comme le Hamas. Jamais apparu dans votre agenda moral, ces lycéennes ne pouvaient même pas en disparaître!

Comment croire en vos bons sentiments, en votre saine colère, ou en votre profonde compassion, subitement, lorsque vous sortez dans les rues, non pas pour crier votre solidarité à toutes ces catégories de populations arabes ou/et musulmanes précitées, victimes au quotidien de ces enfers islamique et islamiste, mais pour défendre… ces mêmes islamistes, qui depuis huit ans, au nom même des principes qui figurent noir sur blanc dans les statuts du Hamas, font régner un ordre totalitaire à Gaza, infiniment pire que celui qui put régner dans les pays de l’Est et dont l’écroulement du Mur de Berlin fut célébré par vous comme la victoire du  »monde libre »?

Lorsque je vous verrai défiler pour vous solidariser avec les centaines de milliers de familles, de toutes religions, ou sans religion, victimes de par le monde de l’islam et de l’islamisme, comme avec les quelques dizaines de milliers de démocrates du monde arabo-musulman, alors là, peut-être, je ne vous considèrerai plus pour ce que vous êtes aujourd’hui, de pauvres pitres, appelés aussi  »idiots utiles ».

Ô peuples de gauche, vous n’êtes pas racistes! suite et fin (25/07/2014)

… en attendant je m’interroge, et j’essaie de comprendre…

Pourquoi une seule cause vous titille-t-elle? Pourquoi un seul pays vous réanime-t-il, Israël? Pourquoi restez-vous indifférents à la tuerie des Juifs, devant vos portes, à Bruxelles encore récemment? Pourquoi, renouez-vous avec votre sainte et millénaire indifférence, lorsqu’en 2014, en plein Paris, revient l’ère des pogroms, et que l’on prend d’assaut les synagogues?

Peuple de la gauche socialiste et communiste qui donna aussi à la cause de la liberté ces grandes figures que furent les fascistes Déat, Doriot, Laval et bien d’autres, êtes-vous en manque depuis que le peuple juif a décidé de vous laisser à vos ruminations, pour s’autodéterminer?

Eh bien, pour tenter de comprendre ce qui se passe dans vos neurones, je n’aurais pas la patience de ce valeureux universitaire non-juif Pierre-André Taguieff et je le laisserai continuer à noircir des milliers de pages sur les  »Prêcheurs de haine »(1), à la suite notamment de Léon Poliakov(2), de Jules Isaac, et de bien d’autres, comme Georges Bensoussan qui a montré dans les  »Passions génocidaires de l’Europe »(3), qu’Hitler n’est pas sorti du néant mais d’une histoire bimillénaire, bien chrétienne.

Et comme moi, je n’aurai pas cette patience, je vous le dis tout de go:

Peuple de gauche, vous êtes RACISTE!

Plus précisément de ce racisme parmi les plus pervers, le racisme antijuif, appelé aussi JUDEOPHOBIE, inoculé dans vos inconscients par près de 2000 ans de matraquage faisant des Juifs  »un peuple déicide ». Les paroles bien tardives d’un pape allant à l’encontre de ce mythe fondateur du monde chrétien, ne vous dispensaient pas d’une analyse collective et individuelle. Au contraire, elles auraient dû en être le signe déclencheur. Comme elles le furent pour de probes intellectuels et simples citoyens.

Et c’est bien faute de l’avoir entreprise, qu’aujourd’hui vous ne trouvez pas anormal que l’on puisse impunément tirer 2000 missiles destinés à tuer femmes, hommes et enfants, et que l’on puisse utiliser des lieux publics, écoles, hôpitaux, mosquées, pour dissimuler commandos, chefs et armement le plus sophistiqué, comme pour transformer ces lieux en rampe de lancement et en bunkers de commandement.

Si vous n’étiez pas racistes, vous ne trouveriez pas normal que l’on puisse, grâce à des centaines de tunnels, arriver jusque dans votre maison, ou jusqu’à la garderie de vos enfants.

Si vous n’étiez pas racistes vous avoueriez au moins avoir été trompés depuis 9 ans par la propagande du Hamas, qui juraient comme seuls savent le faire les menteurs, qu’ils étaient privés de tout et surtout de matériaux de construction. Pensez donc, des centaines de kilomètres de tunnels en béton armé! Des milliers de missiles, quel  »blocus »!

 »Gaza prison à ciel ouvert », clamiez-vous encore à la veille de cette guerre!

Si vous n’étiez pas racistes, vous auriez admis depuis fort longtemps qu’avertir son ennemi de sa prochaine frappe, qu’encourager la population à quitter le futur théâtre d’opération, que continuer à alimenter le pays qui vous fait la guerre, en eau et en électricité, en produits de première nécessité et en médicaments, en allant même jusqu’à prendre en charge ses blessés, civils et militaires, dans ses propres hôpitaux en Israël, ou dans des hôpitaux de campagne montés sur place pour sauver le maximum de blessés palestiniens, ne fait pas partie des normes de la guerre pratiquée par vos pays, mais relève justement des normes juives depuis que ce petit peuple a apporté au monde sa nouvelle Loi.

Si vous n’étiez pas racistes, la différence entre la pratique de la guerre par Israël et celles des armées de vos pays, vous sauterait aux yeux! Et sans remonter à Hiroshima ou Dresde, sans doute vous rappelez-vous encore de l’attaque de la Yougoslavie par l’OTAN.

Si vous n’étiez pas racistes, vous auriez depuis longtemps convenu que si l’armée israélienne s’était comportée à Gaza comme les vôtres de par le monde, elle n’aurait pas perdu 28 soldats en deux semaines, et 20 000 terroristes islamistes giseraient déjà, emmurés dans leurs propres tunnels, mais sous les corps de dizaines de milliers de civils, à la surface.

Mais racistes, vous l’êtes bel et bien, Ô vous peuple de gauche, des racistes antijuifs. Et vous continuerez donc à ne vous émouvoir que pour les Juifs morts.

Ah, ça pour commémorer la Shoah, toujours au premier rang!

Vous continuerez à faire la guerre à Israël, et même comme aujourd’hui, par l’entremise du plus totalitaire de tous les spécimens de totalitarisme qu’a su produire l’humanité, le fascisme vert, celui de l’islamisme dont toutes les variantes connues aujourd’hui sur le marché, sont issues des Frères Musulmans. Lesquels puisent leur haine antijuive, eux, dans une des scènes fondatrices de l’Islam, réelle et non mythique, quand le Prophète, lui-même, de ses propres mains, égorgea « 600 à 900 juifs » de la tribu juive des Banu Qurayza (écrit noir sur blanc dans la bio de Mohammed, appelée  »Sira », texte sacré à l’égal du Coran et des Hadiths).

Vous continuerez à ne rien trouver de mieux pour s’opposer aux fossoyeurs de la démocratie dans le monde arabo-musulman que d’abonner à vos plateaux de télévision les chefs européens de cette confrérie des Frères musulmans dont est issue la quasi-totalité des forces terroristes contemporaines, j’ai nommé la fratrie des Ramadan.

Vous continuerez la litanie partiale de vos  »informations » présentées de telle manière que l’agressé devienne l’agresseur, et que la comptabilité des terroristes tués soit dissimulée dans celle de la  »population palestinienne ».  »En ce 23 Juillet, 600 Palestiniens ont été tués » disent aujourd’hui vos commentateurs, et Fabius aussitôt de demander l’arrêt de la guerre! Mais que ne rapatrie-t-il pas les 20.000 soldats français d’Afrique? Mais que le peuple de gauche ne défile-t-il pas dans la rue pour l’exiger?

Seule votre haine raciste antijuive rend compréhensible cette alliance brune -verte- rouge, qui en des temps plus anciens aurait été qualifiée de  »contre-nature ». Seul le vieux fond chrétien antijuif de Chavez le Rouge peut expliquer qu’il ait pu se faire l’allié d’Ahmadinejad le Vert, lequel venait juste d’appeler à rayer de la carte Israël! Et ce, sans la moindre réprimande de l’ONU, dans laquelle je le rappelle, les 57 pays de l’OCI (Organisation de la Communauté Islamique) représentent presque la moitié des membres, regroupés autour d’une  »Déclaration des droits de l’Homme en Islam » qui contredit tous les articles de la Déclaration fondatrice de l’ONU!

Ce qui ne gêne absolument ni le peuple de gauche, ni d’ailleurs le peuple de droite. Ni Juppé ni Fabius… Lesquels font semblant aujourd’hui de s’émouvoir du nombre  »des victimes palestiniennes » sans dire que les trois quarts sont des miliciens déguisés en civils. Et surtout en en rendant responsable non le Hamas qui, à l’encontre de tous les règlements internationaux(4), au lieu de protéger sa population s’en sert de bouclier, mais bien sûr, racisme antijuif oblige, Israël!

Normal, puisque la haine aveugle, et que la vôtre, antijuive, est si grande que lorsqu’elle trouve un prétexte, rien ne peut plus l’endiguer.

Et surtout ne tentez pas de me contredire en me jetant quelques noms de Juifs à l’avant-garde du combat contre eux-mêmes, qu’impudiquement vous exhibez. Car loin d’invalider mon accusation à votre encontre, ils la redoublent.

Raciste antijuifs, vous l’êtes doublement

Pour vous-mêmes, comme je viens de vous le prouver

Mais aussi pour ces Juifs dont vous ne savez même pas que c’est une tradition de pousser la perfection morale jusqu’à vouloir prendre sur soi la faute de l’Autre. Tradition que je ne partage pas, car priver l’Autre de la responsabilité de sa violence, se nomme déni, et donc ne peut mener qu’à la perpétuation de ses instincts meurtriers.

Doublement racistes, vous ne pourrez donc voir, encore moins comprendre, qu’en s’en prenant au potentiel agressif du Hamas, Israël contribue non seulement à assurer la sécurité des siens, mais aussi, sinon à libérer les Gazaouis, ce qui ne saurait être sa prérogative, du moins à affaiblir la force de la branche palestinienne de cette internationale totalitaire que sont les Frères Musulmans, écrasée déjà en Egypte comme en Algérie, par les armées de ces pays.

Si de nouvelles forces palestiniennes venaient à émerger, comme ces jeunes Gazaouis qui ont eu le courage, en pleine guerre, d’écrire sur leurs blogs  »Merde au Hamas ! »(5), si les nouvelles générations arrivaient à admettre la légitimité juive en Israël sur un territoire équivalent au quart de la France, et si elles arrivaient à imposer une alternative démocratique à la dictature tribale des clans, alors oui cela pourrait augurer d’une paix éternelle entre Juifs et Arabes, alors oui la mort de tant d’Arabes et de Juifs -paix à leurs âmes- n’aurait pas été vaine.

Mais vous les prêcheurs de haine, vous les racistes antijuifs de gauche et d’extrême gauche, comme de droite et d’extrême-droite, vous n’y seriez pour rien.

PS: Images tournées et diffusées par la télévision allemande en 2009, lors d’une autre guerre entre le Hamastan et Israël. Aucune chaîne de télé française n’avait accepté de les diffuser.

• https://www.facebook.com/photo.php?v=666405326783486

On peut imaginer qu’aujourd’hui il se passe des scènes assez semblables. Tous les Gazaouis ne sont pas suicidaires, même s’ils soutiennent le Hamas, soutien qui s’effrite au fur et à mesure que la population prend la mesure de l’irresponsabilité militaire, politique et humaine du Hamas.

_____________________

1) Hamas, acronyme en arabe de Mouvement de la Résistance Islamique.

2) Boko Haram, acronyme en haoussa de  »groupe sunnite pour la prédication et le djihad » a été créé en 2002, pour « faire appliquer strictement la charia dans tout le pays », selon le crédo des Frères Musulmans.

3) Ed. Mille et Une Nuits

4) Histoire de l’antisémitisme. Ed. Calman Lévy

5) Ed. Mille et Une Nuits

6) Les crimes de guerre et exactions perpétrés par le Hamas au regard du Droit international sont décrits dans les Articles 12, 48, 51, 53 et 58 du 1er Protocole additionnel des conventions de Genève.

7) http://forumdespeuplesenlutte.over-blog.com/m/article-63908996.html

D’un terrorisme à l’autre, ou plutôt d’un terrorisme au même…. (24/03/2016)

CONTRIBUTION DE JEAN-PIERRE LLEDO (Tamurt) – Il serait vain d’incriminer les services de renseignements et de police de Belgique. Les véritables responsables sont d’abord les Médias qui s’arrogent un pouvoir exorbitant, celui de forger l’opinion mais aussi et d’abord les politiciens.

 Ce qui se passe aujourd’hui en Europe s’est déjà joué en Algérie dans les années 90 et par ricochet en France et en Europe. Tous les grands titres de la presse française et européenne attaquaient le pouvoir et l’armée algérienne pour avoir interrompu les élections législatives et empêché les islamistes , ainsi, de s’emparer de l’Assemblée nationale, de changer la Constitution et la nature de l’Etat algérien. Je pourrais vous citer encore de mémoire les noms de ces journalistes, les Jacques de Barrin du Monde, Jose Garçon de Libé, René Backman du Nouvel Obs, et tutti quanti. Et les intellectuels algériens présents a Paris durent se battre pied a pied avec le CISIA (qui devait soutenir les intellectuels algériens en exil)  dirigé par Bourdieu mais manipulé par certains de ses membres, afin que cette Assoc soutenue pas Derrida et Mnouchkine ne se transforme pas en soutien des exilés…. Islamistes, qu’un autre membre de ce Comité qui me traita de ‘’stalinien’’, Abraham Serfaty, appela lors d’un grand meeting a la Sorbonne, de sa voix chevrotante : ‘’Mes frères, mes frères !’’… Et c’est ainsi que l’Europe accueillit a bras ouvert les pires chefs islamistes qui depuis ont fait bien des petits.

La ‘’gauche’’ et la ‘’droite’’ politiques ont aussi une grande responsabilité à répéter depuis des lustres que l’islamisme est la conséquence du conflit israélo-falestinien. Oseront-ils le dire encore cette fois-ci ? Ce n’est pas impossible tant leur couardise est un panier sans fond.

Le seul a sortir du lot est Valls. Mais que peut-il seul ? Qu’il devienne président de la république et qu’il entreprenne une grande révolution et peut être la France s’en sortira et avec elle l’Europe. Car les leaders actuels de droite comme de gauche n’ont aucune envergure.

Mais ce discours de couard chargeant le bouc émissaire Israël pour ne pas affronter le véritable ennemi à qui ils assurent nationalité, couverture sociale, allocations familiales, et gratuité des soins, n’a pas fait des ravages qu’en Europe. Une grande partie de la gauche israélienne, pour ne pas parler de ‘’l’extrême gauche’’ a aussi été contaminée, rendant responsable ‘’la droite’’ de l’impasse avec les Falestiniens, et refusant de voir la REALITE : le refus du Juif, plus que millénaire de l’islam, comme citoyen égal  et le désir contemporain de chasser de la Falestine tous les Juifs.

La guerre est engagée entre l’islam et la démocratie depuis longtemps mais depuis l’apparition d’Internet, les islamistes ont compris que la meilleure manière de se défendre de cette intrusion dans le domaine privé, c’était d’attaquer. Et voilà, ils attaquent.

Négationnisme de l’UNESCO : Israël doit démissionner ! (28 Avril 2016)

Le cadeau de Pessah de l’Unesco au peuple juif a été de lui ôter ce qui compte le plus dans son identité profonde, le Mont du Temple.
Avec la Shoah, Hitler avait tenté de l’anéantir physiquement. Avec cette décision, l’Unesco tente de pulvériser son âme même. Uniquement par la grâce d’une Résolution !
On est dans le monde virtuel d’Orwell, réactualisé récemment par 2084, le roman de Boualem Sansal, où l’on croit pouvoir changer la réalité et l’histoire même, par décision administrative !
L’UNESCO qui à l’origine se voulait United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization, n’est plus désormais, tout comme l’ONU, qu’une organisation de plus à la solde du totalitarisme arabo-musulman.
On savait cela déjà depuis au moins 2 ans, puisqu’en Janvier 2014, l’Unesco avait annulé, à la demande du groupe arabe, l’Exposition sur 3500 ans d’histoire juive et à l’époque j’avais déjà estimé cela ”comme une des plus graves agressions symboliques contre les Juifs depuis la Shoah.”
L’Unesco vient donc de récidiver. C’est plus que grave.
Les pays dits démocratiques qui ont signé cette résolution prouvent ainsi que le désir d’anéantissement du peuple juif, reste un de leurs fantasmes fondateurs.
Israël doit immédiatement démissionner et si elle ne prenait pas cette décision sans tarder, alors cela voudrait dire qu’elle est déjà prête, tout comme les Juifs des années 40, à monter dans les wagons plombés et à inhaler le gaz létal.